Engagements

monnaie du pape lunaria
picto de rose

J’ai choisi de devenir fleuriste par amour pour la nature et les beautés qu’elle recèle : il me semble évident que je dois faire mon possible pour pratiquer ce métier en la respectant et en limitant mon impact environnemental.

Atelier Aimer est engagé depuis ses débuts dans une démarche éco-responsable et zéro déchet :

> par le choix de l’atelier : je n’ai pas ou peu de pertes puisque je ne commande que ce dont j’ai besoin.

> par le choix de mes fleurs : comme je m’y engage auprès du Collectif de la Fleur Française dont je suis membre, 50% minimum des végétaux que j’utilise sont français. J’essaie de travailler au maximum avec des producteurs eux-même engagés dans une démarche environnementale, cultivant leurs fleurs dans le respect de la nature et des saisons.
Je m’essaye aussi à produire moi-même une petite partie de mes fleurs dans mon jardin nantais.

> par mes techniques florales : toutes mes créations sont réalisées sans mousse florale (composé polluant issu de la pétrochimie), j’utilise à la place des mécanismes qui peuvent être réutilisés ou valorisés.

> par ma gestion au quotidien : tri des déchets, compostage de mes déchets verts, non utilisation du plastique, emballages réutilisables pour mes livraisons de bouquets, valorisation des surplus de fleurs fraiches en fleurs séchées… autant de petits gestes qui me permettent de réduire la quantité de déchets que je génère.

> par mon réseau : cette démarche et ces convictions, je les partage avec de nombreux autres prestataires avec lesquels je collabore régulièrement. Je privilégie les événements locaux, et encourage les futurs mariés et autres clients à choisir des équipes de prestataires implantées localement, pour valoriser les (nombreux) talents de la région et limiter leur impact environnemental.

Pour en savoir plus sur ma démarche et sur les questions d’écoresponsabilité dans le monde de la fleur, je vous invite à découvrir les différents articles du Journal que j’ai rédigé à ce sujet au fil des ans.

David Latour